Parité entre filles et garçons : le pourcentage est passé de 19,24 % en 2020-2021 à 28,57 % en 2022-2023 dans les filières agro-sylvo-pastorales

Spread the love

Le processus d’épanouissement et de promotion des jeunes filles apprenantes au Togo est en forte progression, grâce à plusieurs initiatives phares du gouvernement qui éliminent toute sorte de barrière avec des résultats très encourageants.

Il y a des avancées dans l’accès, le maintien et le choix des filières d’études ; l’éducation inclusive et de qualité ; l’égalité des genres et l’autonomisation des filles ; la création d’emplois productifs et de travail décent pour elles.
Le taux net de scolarisation des filles au primaire est passé de 82,6 % en 2020-2021 à 93,4 % en 2021-2022. Quant au taux d’achèvement, il est passé de 85,9 % à 86,5 %.
Au niveau du secondaire 1, le taux d’achèvement des filles est passé de 54,2 % à 62,5 % sur la même période. S’agissant de leur taux d’accès au secondaire 2, il est passé de 26,0 % à 26,8 %. Cela traduit une progression de 0,8 point en un an.
La création des Ifad dans les régions participe à cela. Sans oublier la diversification des offres de formation professionnelle. Tout cela porte des fruits : le pourcentage des filles dans les filières industrielles est passé de 9,28 % en 2020-2021 à 10,41 % en 2022-2023.
Dans les filières agro-sylvo-pastorales, le pourcentage est passé de 19,24 % en 2020-2021 à 28,57 % en 2022-2023. La parité de genre dans les universités est aussi recherchée. Les actions entreprises aboutissent à ce jour à un taux de représentation des filles de 30 %.
Chaque 11 octobre, la fille est célébrée à travers la Journée internationale de la fille instituée par l’Assemblée générale des Nations unies. Elle met l’accent sur la nécessité de relever les défis auxquels sont confrontées les filles, de promouvoir leur autonomisation et leurs droits.
Les festivités de la onzième édition sur le plan national furent centrées sur le thème : « Promouvoir l’excellence chez les filles, dans les filières porteuses, c’est développer leur résilience face aux défis dans un monde en constante évolution ».
Ce fut une occasion unique de favoriser l’épanouissement de la cible, en phase avec les exigences actuelles du monde du travail. 220 meilleures filles de toutes les classes du secondaire, à l’exception des classes de fin de cycle, ont reçu des prix d’encouragements.

Read Previous

« les aspirations du peuple africain dans le contexte des réparations dépassent… » Victoire Tomegah-Dogbé à la conférence d’Accra sur les réparations

Read Next

Journée Mondiale de l’Enfance : Un atelier bilan au coeur de la journée observée au Togo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *